Actualités

Historique

Nous vous tenons informés de l'actualité et de l'évolution de la législation autour des métiers du service à la personne.

    Télécharger le tract

    Il y a dans les Yvelines près de 8400 assistantes maternelles agréées, dont 14 hommes (soit 0,17%). Comme toutes les professions où les femmes sont majoritaires, ce métier manque de considération, il n’est pas valorisé, au niveau des salaires ou de l’évolution par exemple.

    Pourtant, les assistantes maternelles ont une formation initiale, un agrément qui doit être renouvelé (et peut être suspendu, restreint ou retiré par le Conseil Départemental). Mais nous avons souvent le sentiment d’être infantilisées, de ne pas être considérées comme des salariées et des professionnelles à part entière.

    Nous avons proposé au Conseil Départemental, qui intervient au niveau de l’agrément via les visites des puéricultrices de la PMI, de mentionner la possibilité de consulter son dossier personnel. Et nous souhaitons désormais avoir le compte-rendu des visites de la PMI. Si nous avons ce retour, nous pouvons améliorer nos pratiques, mais aussi ne plus nous sentir soumises à l’arbitraire, et vérifier que le référentiel national est suivi.

    Nous avons aussi des propositions sur les Relais Assistantes Maternelles. C’est un lieu d’information aux parents sur les modes de garde, et un lieu d’activités collectives, géré par les municipalités, avec une convention et un financement de la CAF. Notre syndicat souhaite que l’information sur la formation professionnelle continue soit améliorée dans les RAM, là où ils existent. Nous voulons aussi que les RAM respectent la neutralité sur les différents modes de garde proposés. Nous avons interpelé la CAF à plusieurs reprises, nous attendons toujours un rendez-vous !

    Par définition, une assistante maternelle est souvent seule. Dans tous les métiers, les échanges avec des collègues sont bénéfiques. De nombreuses associations d’ass mats existent, qui organisent, parfois depuis des années, des activités pour les enfants dans un cadre collectif. Sans être formellement interdit, ces regroupements sont remis en cause par un courrier du Conseil Départemental, et certaines mairies refusent désormais de prêter des locaux. La liberté de se regrouper doit être garantie, dans un cadre qui permette d’éviter les éventuels dysfonctionnements et de sécuriser tout le monde.

    La CGT, qui est la seule confédération syndicale nationale interprofessionnelle présente aujourd’hui dans la branche des assistants maternels du particulier employeur, est prête à discuter de cette question. Et notamment dans les commissions régionales qui vont se mettre en place à l’automne, et qui gèreront aussi un budget pour les activités sociales et culturelles.

    Nous avons bien d’autres sujets que nous comptons faire avancer : médecine du travail et prévention des maladies professionnelles, lutte contre les discriminations racistes, sans compter les incertitudes autour du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

    Le syndicat CGT appelle à un rassemblement à Versailles, le 22 avril 2017 à 10h30

    Devant les grilles de la Préfecture et du Conseil Départemental, Avenue de Paris